Garder une routine dans un contexte où il n’y a plus de routine

On le sait, les athlètes sont des êtres de routine. Pour arriver aux plus hauts sommets, il faut des heures et des heures de persévérance et d’effort, autant à l’entraînement qu’à la maison. Le quotidien des athlètes olympiques et souvent organisé et chronométré au quart de tour. Tout est pris en compte pour maximiser la performance, des repas à la visualisation en passant par les périodes de récupération et de sommeil. Mais alors que le monde traverse une période de grands bouleversements, que les centres d’entraînement sont généralement fermés et que les horaires sont plus flous que jamais, comment maintenir sa motivation et sa routine dans un contexte où il n’y a plus de routine? Voici les astuces d’ImpulsionKin pour maintenir votre motivation en tout temps. 

Faites-vous un horaire quotidien

En premier lieu, se faire un horaire est essentiel pour conserver la routine d’entraînement. Dans le contexte actuel, il est facile d’oublier les heures qui passent et le cycle du sommeil s’en trouve déréglé ce qui entraîne de la fatigue. Programmez votre cadran à l’heure habituelle et faites-vous un horaire de la journée en prenant soin de placer votre entraînement durant la période où votre niveau d’énergie est à son meilleur. 

Recentrez-vous sur vos objectifs

Repensez aux objectifs que vous vous êtes fixés en début de saison et assurez-vous de prendre les moyens pour les atteindre. Vous pouvez aussi vous fixer des objectifs à court terme afin de traverser cette période hors du commun. Des objectifs clairs et réalistes vous permettront de maintenir confiance en soi et satisfaction à l’entraînement. D’ailleurs, selon Jonathan Lelièvre, consultant en performance mentale et membre professionnel de l’Association Canadienne de Psychologie du Sport « l’utilisation d’objectifs est un fort outil de motivation et aide clairement à initier les actions. »

Tenez un journal

Les bénéfices du journal d’entraînements sont bien connus. C’est souvent à l’écrit que vous mesurez le mieux vos besoins et vous pouvez ainsi adapter votre niveau d’entraînement si la fatigue se fait sentir. De plus, dans un contexte où le quotidien est chamboulé, le journal s’avère aussi une source de motivation additionnelle puisque c’est la façon la plus rapide de suivre concrètement l’évolution de vos entraînements. 

Portez une attention particulière à votre alimentation et votre sommeil

Une bonne alimentation et un sommeil adéquat sont des éléments essentiels d’une bonne santé mentale chez les athlètes. Selon Mélanie Massé, nutritionniste à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, « la littérature met en évidence un lien entre une alimentation non équilibrée et une augmentation des risques de développer un trouble anxieux ou un trouble de l’humeur. À l’inverse, une alimentation de type méditerranéen est associée à une diminution significative des risques de souffrir de ces troubles ». Parallèlement, la qualité du sommeil a non seulement des répercussions sur l’humeur, mais aussi sur la pensée, le comportement et l’organisme en général. Il est d’ailleurs prouvé que lorsque l’épuisement nous gagne, nous sommes plus enclins à remettre au lendemain les activités qui nous font du bien d’où l’importance d’un sommeil réparateur et de périodes de repos régulières chez les athlètes de tous les niveaux. 

Trouvez-vous un partenaire de motivation

N’hésitez pas à approcher un coéquipier, un ami ou un membre de votre famille pour lui demander d’agir à titre de partenaire de motivation. Celui-ci peut prendre part à certains de vos entraînements (lorsque le maintien d’une distance minimale de deux mètres est possible) ou encore vous appeler ou vous écrire régulièrement pour vous encourager et prendre des nouvelles de votre quotidien sportif. 

Préparez une nouvelle liste de lecture musicale

La musique a un remarquable pouvoir sur les performances sportives. N’hésitez pas à prendre quelques minutes pour vous programmer une nouvelle liste de lecture avec les chansons qui vous motivent le plus. Selon des chercheurs de l’École de sport et d’enseignement de l’Université Brunel, il semblerait même que certaines pièces musicales favoriseraient notre endurance à l’effort et nous feraient voir les exercices cardiovasculaires d’un meilleur œil. Que vous soyez rétro (Eye of the Tiger de Survivor, Ain’t That Peculiar de Marvin Gaye) ou électro (Breathe de The Prodigy, One more Time de Daft Punk), il y en a pour tous les goûts! 

%d blogueueurs aiment cette page :